DANEMARK : NOUVEAU RECORD DU MONDE DE CONSOMMATION D’ÉNERGIE ÉOLIENNE

21-01-2016

Le Danemark serait sur le point de couvrir la moitié de ses besoins en électricité par les éoliennes, selon de nouveaux chiffres du gestionnaire du réseau de transport danois de gaz et d’électricité Energinet.

En 2015, les turbines danoises ont en effet couvert 42,1 pour cent de la consommation électrique du pays, créant un nouveau record du monde.

L’année dernière « a été beaucoup plus venteuse que la moyenne annuelle », a expliqué à l’AFP une porte-parole de l’électricien public, Hanne Storm Edlefsen. La capacité de production d’énergie éolienne « a un peu augmenté mais ce n’est pas la principale explication », a-t-elle ajouté.

Le Danemark devance tous ses voisins européens

En 2014, le Danemark couvrait déjà plus de 39 pour cent de sa consommation électrique grâce aux éoliennes, loin devant le Portugal (24 pour cent) et l’Espagne (20,4 pour cent), selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le pays a commencé à investir massivement dans l’énergie éolienne à la fin des années 1970. Aujourd’hui, l’industrie éolienne danoise réalise un chiffre d’affaires de 11,3 milliards d’euros et s’exporte de mieux en mieux.

Copenhague ambitionne de couvrir la moitié de sa consommation énergétique grâce aux éoliennes d’ici à 2020, avant de pouvoir s’affranchir totalement des énergies fossiles en 2050.

La France en retard

Selon l’association France Energie Eolienne (FEE), la production éolienne a atteint dans l’hexagone 16,2 TWh sur l’ensemble de l’année 2014, soit une progression de six pour cent par rapport à 2013. Mais elle ne représente encore que 3,5 pour cent de la consommation électrique nationale.

Ce sont près de 1 500 MW d’éolien terrestre qui devraient être raccordés chaque année d’ici 2020 si la France devait atteindre l’objectif de 19 000 MW de puissance installée fixé par le Grenelle de l’Environnement.

Ainsi, entre 2014 et 2015, les effectifs de la filière éolienne en France ont augmenté de 33 pour cent dans l’ingénierie et la construction, de 25 pour cent dans la fabrication des composants et de 8 pour cent dans la maintenance, selon la deuxième édition de l’Observatoire de l’éolien, réalisé pour la FEE.

« La France est le premier pays d’Europe en termes d’emplois par mégawatt éolien installé, mais on en parle peu car nous n’avons pas de têtes d’affiches. Par exemple, l’entreprise Rollix équipe 90 pour cent du marché mondial en couronnes d’entraînement, c’est remarquable ! », s’enthousiasme Sonia Lioret, déléguée générale de FEE.

Elle estime que de nombreuses entreprises anticipent un démarrage rapide de la filière éolienne en mer même si, à l’heure actuelle, la production à grande échelle n’a pas encore démarré. Cependant, General Electric, qui a récemment acheté les activités Énergie d’Alstom, vient d’achever la construction de deux usines près de Saint-Nazaire.



Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*